Charlie o plumes

Votre reconversion professionnelle #3

On reprend notre série sur les reconversions professionnelles. Après Julia et Sabrina, je vous présente Charlotte, au parcours atypique et tellement poétique.

Je connais personnellement Charlotte depuis un moment maintenant, nous n’habitions pas très loin de l’autre à une époque. D’échanges mail en apéros et en week-end, nous sommes devenues copines. Pas difficile d’être copine avec Charlotte, elle est cool. Un petit oiseau cultivé un peu déjanté 🙂

Vous verrez, son parcours est aussi étonnant : des livres aux bijoux, il n’y a qu’un pas, qu’elle nous raconte si bien.

La reconversion professionnelle de Charlotte

Quelle est ta profession actuelle ? Je suis créatrice de bijoux. Je les fabrique dans mon atelier installé au milieu de mon salon, et je les vends sur des marchés, pendant des ventes privées, et sur Etsy !
Je suis aussi la community manager d’une petite maison de thé française.

Que faisais-tu auparavant (métier ou études) ? J’ai fait 5 ans d’études de lettres : 2 ans de prépa (hypokhâgne, khâgne) puis licence 3 et master 1 de lettres modernes à la fac, et enfin un master 2 « professionnalisant » pour l’édition. Là, j’ai publié un petit recueil de poèmes, Hors temps, dont les seuls exemplaires encore disponibles sont sur mes étagères !

J’ai travaillé 1 an et demi dans une belle maison d’édition parisienne et je me suis retrouvée au chômage. Alors j’ai ouvert mon blog, écrit un scénario de BD (Que j’ai été, chez Les Enfants rouges), passé des tas d’entretiens, et enfin décroché un CDI… toujours dans la même maison d’édition !

Au bout de 2 ans et demi, forte d’une rupture conventionnelle, je suis partie m’installer dans le sud sur un coup de tête amoureux, et j’ai crée mon auto-entreprise au sein de laquelle j’ai d’abord continué mon métier, la coordination éditoriale, en y ajoutant du community management et en démarrant mes bijoux…

Quand mon couple a commencé à se casser la figure, j’ai trouvé un boulot comme vendeuse dans un magasin où beaucoup de choses m’intéressaient… Mais le patron était super colérique, j’ai tenu un an et j’ai décidé qu’il était temps de voler de mes propres (z)ailes ! 

Charlie o plumes

Peux-tu nous expliquer ton parcours et les raisons qui t’ont poussé au changement ? Quand je travaillais dans l’édition, j’étais frustrée d’un point de vue littéraire, sous-payée, et assez affolée par la difficulté d’évoluer. On m’avait promis une formation à l’embauche, en « échange » d’un salaire ridicule, mais je n’ai jamais réussi à l’obtenir !

Ensuite, l’idée d’avoir un boulot alimentaire à côté de sa passion a montré ses limites : journées de 13 h pour préparer les ventes privées du dimanche, dos cassé, pas de disponibilités pour faire des marchés… Il fallait un jour me consacrer à mes bijoux pour savoir que quoi ils sont capables !

Et le moteur de fond, c’est ce vieux rêve de vivre à la campagne, d’avoir un jardin potager, des poules, deux chats, un chien, un cheval… Et puis de créer et d’écrire, c’est ce qui me rend heureuse.

D’après toi, existe-t-il des étapes indispensables pour se reconvertir, à ne pas louper pour ne pas se planter ? Je conseillerais, pour commencer, de se poser au calme pour décrire sa vie rêvée : si tout est possible, que vous avez toutes les capacités nécessaires… À quoi ressemblerait votre vie ? Où vivriez-vous (avec qui), à quoi ressembleraient vos journées ? (cf. L’homme qui voulait être heureux)

Ensuite, bien sûr, étudier la situation d’un point de vue pratique : qu’est-ce que vous pouvez déjà changer dans votre vie, dès aujourd’hui ? Combien d’argent vous faut-il pour vivre un mois ? Faut-il ensuite faire une formation ? Pouvez-vous avoir des droits au chômage, des aides quelconques ?…

Quels ont été les principaux freins que tu as pu rencontrer lors de ta reconversion ? Il n’y a jamais eu qu’un seul frein, je crois, et c’était mes peurs. Elles ont pris différentes voix, mais c’est toujours à moi, finalement, que je me suis confrontée ces dernières années.

Et aujourd’hui, alors, tu nages dans le bonheur professionnel ? On peut le dire ! Je ne gagne pas encore ma vie, je ne suis qu’au début du chemin, mais chaque pas me rend terriblement heureuse, fière et excitée. 

Pour finir, quelques conseils, quelques mots d’encouragements pour tous ceux qui souhaiteraient se lancer mais qui n’osent pas ? Écoutez-vous ! Et faites-vous du bien.

Vous savez mieux que personne ce qui vous convient, quel est votre rythme, de quoi vous êtes capables, et ce que vous avez besoin de mettre en jeu. Entourez-vous de gens qui vous veulent du bien (conseil qui vaut pour toute la vie), et faites-vous confiance.
Have more fun ! 😉

Même s’il m’arrive de faire la gueule sur les photos 🙂

Charlie o plumes

10 Responses

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *