Créateurs de contenu tourisme : se réinventer pendant le Covid-19 ?

La crise du Covid ou l’art de se réinventer chez les créateurs de contenu tourisme.

Durant le premier confinement en avril 2020 – je vais préciser la date, si nous les enchainons, nous ne saurons plus où nous en sommes 😉 – j’avais interrogé des blogueurs voyage pour savoir comment ils envisageaient l’après-coronavirus.
Chacun y allait de ses pronostics, de ses envies et tentait de se projeter.
Neuf mois plus tard, le stade qui a pu être celui de nombreux créateurs de contenu – celui de l’attente de jours meilleurs – est dépassé. Personne ne pensait que cette crise allait durer aussi longtemps et nous envisagions tous de reprendre nos activités touristiques entre la fin de l’été et le début de l’automne.

Le virus a mis a mal nos espoirs et les créateurs tourisme restent bloqués au sol depuis de longs mois à présent.
Cet été, l’activité centrée sur la destination France a permis à certains d’entre eux de travailler, pas tous et pas longtemps.

Il a bien fallu alors se réinventer. Non seulement, pour éviter de sombrer psychologiquement – nous parlons là de voyageurs habitués à bouger régulièrement que ce soit en train, avion, vélo … – mais également pour continuer à se maintenir hors de l’eau financièrement, leurs principaux revenus dépendant du tourisme.

J’ai alors lancé un appel à celles et ceux qui avaient envie de partager avec nous les initiatives qu’ils.elles ont mis en place pour continuer à avancer et ne pas rester tributaires d’une crise qui échappe à tous et dont nous ne connaissons pas la date de fin.

Je leur laisse la parole avec plaisir. J’ai adoré lire leurs projets, leurs initiatives et surtout leur enthousiasme malgré les circonstances.
Cet article est plein d’optimisme, très inspirant et peut-être y puiserez-vous un peu d’énergie pour vous lancer également dans de nouvelles aventures.

Pourquoi je ne m'inclus pas dans les créateurs de contenu tourisme ? 
Si je tiens ce blog axé voyage depuis un moment maintenant, il n'est pas mon activité professionnelle principale.
Il représente peu dans mon chiffre d'affaire annuel. 
Il me permet de vivre des moments exceptionnels, des expériences incroyables, de rencontrer certains de mes clients
et de partager des petits bouts de ma vie avec une communauté géniale mais pas de payer l'ensemble de mes factures. 
C'est un choix.
J'ai préféré en effet, il y a quelques mois, me diriger vers d'autres secteurs d'activité, histoire de ne pas mettre tous mes œufs dans le même panier.
Et vous verrez que cette expression revient plusieurs fois dans l'article :)

Jessica, voyager depuis chez soi

Je suis Jessica, depuis 5 ans je vis grâce à mon projet passion Mes Ptits Bouts Du Monde : beaucoup de contenus vidéos et photos, via des reportages voyage que je présente sur le web, les réseaux sociaux, le blog, et je fais également du conseil en marketing digital et brand content.
Avec le contexte actuel, ma webserie “Va Voir ailleurs si j’étudie” que je présente depuis 3 saisons et 9 épisodes est à l’arrêt total et tous mes partenariats  voyages avec les Offices de Tourisme également.
Quand le premier confinement est arrivé, je l’ai pris plutôt sereinement. Il faut dire que je venais tout juste d’accoucher et la perspective de repartir en voyage n’était pas pour tout de suite. Néanmoins je n’avais pas l’intention de mettre toute mon activité en suspens car quand on travaille à 100% sur internet, on se doit d’être réactif et de rebondir vite à toute situation. Et je dois avouer que j’aime ce genre de challenges.

Cette année sans voyage s’est orchestrée sur mes réseaux autour de 3 objectifs : divertir, soutenir, rebondir.

Dans un premier temps j’ai lancé sur Instagram le #travelhomechallenge.

L’idée ? Reproduire depuis chez soi ses plus belles photos de voyage avec les moyens du bord ! Je voulais apporter un peu de bonne humeur, une fenêtre sur le monde et du divertissement à ma communauté. Les chutes d’Iguazu au Brésil devenaient l’arrosoir de mon jardin, les kangourous d’Australie en arrière plan étaient remplacés par mon chat, le transat sur une plage de Thaïlande se retrouvait devant la télé… Le challenge a super bien fonctionné puisque des centaines de personnes se sont prises au jeu ! Il y a eu des retombées médiatiques sur TF1, M6, France 5 et de nombreux articles à ce sujet. Même Mike Horn s’est pris au jeu, c’était dingue et je n’en revenais pas de l’engouement généré autour de ce challenge !

jessica mes ptits bouts du monde

Toujours avec l’objectif de divertir, j’ai également lancé une web-émission de voyage en direct depuis chez moi  : “Tuk Tuk : embarquement e-media”. Chaque semaine, en live simultané sur Facebook et Youtube, je mets une destination à l’honneur. Je partage mon expérience de voyageuse, mon itinéraire et mes coups de cœur. Puis, j’invite un expert de la destination pour présenter ses incontournables, ses activités à faire mais aussi celles à éviter. Enfin, on s’évade grâce à la rubrique « voyage à la maison » avec des idées de souvenirs, de plats à goûter et de livres à lire pour se plonger dans l’ambiance du pays. Plusieurs OT et marques du secteur du voyage ont parrainé l’émission et j’en ai profité pour lancer la version Podcast de l’émission.  Un vrai challenge technique pour moi de me lancer sur plusieurs formats en simultané, il a fallu tout apprendre.

Seconde brique de cette année particulière : soutenir.

J’ai décidé de venir en aide à ma manière auprès d’un des secteurs les plus touchés : les restaurateurs. J’ai mis en place un concours solidaire afin de les soutenir et mettre en valeur leurs offres à emporter gratuitement sur mes réseaux sociaux. Pour rester dans mon univers du voyage j’ai imaginé “un tour du monde culinaire” à gagner. Cinq restaurants aux saveurs du monde, qui représentent chacun un des 5 continents, sont mis à l’honneur chaque semaine. Un abonné remporte l’ensemble des escales culinaires à goûter chez lui. Ainsi, j’offre une fenêtre de visibilité aux restaurateurs et je fais voyager les papilles de ma communauté.

J’ai toujours eu un fort lien avec la cuisine du monde, que ce soit à travers les recettes que je partage à ma communauté ou ma webserie Kitchen Trotter avec les plats insolites du monde. Ainsi, le lien était évident. À ma plus grande joie, j’ai vu le concept se développer au-delà de ma ville de Clermont dans plusieurs grandes villes de France, grâce à d’autres blogueurs voyages. À Montpellier avec Explore Le Monde, à Paris avec Tongs et Sri Lanka, à Bordeaux avec Camille in Bordeaux, à Nantes avec La Girafe qui vole, à Annecy avec Mademoiselle Croziflette et ce n’est que le début.

Pour finir, j’ai décidé en cette fin d’année de rebondir dans mon activité en me diversifiant. J’ai ainsi lancé une collection éphémère de bougies en collaboration avec Mathilde&Zoé, une créatrice auvergnate. En effet, depuis toujours je mets autant l’Auvergne en valeur que les destinations lointaines et j’avais à cœur d’associer les deux.

J’essaie en permanence de me réinventer, d’être le plus créative possible, à la fois pour ma communauté, mais surtout parce que c’est ce qui me fait vibrer !

Grégory, le pragmatisme avant tout

La pandémie de Covid-19 est une crise sanitaire mondiale catastrophique et son impact sur le secteur du tourisme est sans précédent. En tant que blogueur voyage, mon activité a été directement impactée. Avant de vous dévoiler comment j’ai été touché et comment je me suis adapté, petite présentation de mes différents blogs.

J’ai trois blogs voyage :

* I-Trekkings : blog voyage communautaire spécialisé sur les activités outdoor itinérantes non motorisées (randonnée à pied, vélo, kayak, raquettes à neige, ski de randonnée…)
* I-Voyages : blog voyage. Sa ligne éditoriale : l’Evasion !
* My-wildlife : blog voyage spécialisé sur l’observation et la photographie animalière et ornithologique.

adapter-pandemie-gregoryrohart-1

Les voyages qu’ils soient professionnels ou personnels ont nettement diminué en 2020. Plusieurs raisons à cela :

* Les décisions du gouvernement de confiner la population française pour endiguer l’évolution de la pandémie,
* L’absence de vaccins,
* L’incertitude de pouvoir voyager en sécurité (sanitaire et financière en cas d’annulation) lorsque nous n’étions pas confinés.

Conséquence directe. Nette baisse de trafic pendant le premier confinement et annulation ou report des contrats et des projets.

Dans un premier temps, je n’ai pas réagis subissant la situation, pensant peut-être aussi que la pandémie serait rapidement canalisée. Depuis 13 ans que je blogue, j’ai déjà dû faire preuve de nombreuses adaptations pour être encore en activité aujourd’hui. Pendant toute l’année 2020, j’ai fait le choix de ne pas réduire mon rythme de publication. Voyant que la crise sanitaire perdurait, j’ai pris plusieurs mesures au fil des mois :

* Sur I-Trekkings, j’ai créé une page présentant comment je gagnais ma vie avec le blog puis j’ai créé un encart que j’ai affiché sur les articles indiquant comment la crise m’impactait et comment ma communauté pouvait m’aider. Cela m’a permis de toucher des revenus d’affiliation de boutiques outdoor.
* Sur mes trois blogs, j’ai mis en avant les sujets en France dès que nous avons pu voyager dans l’Hexagone afin de limiter la baisse de trafic.
* Sur My-Wildlife, j’ai créé un shop photo pour les fêtes de fin d’année permettant à ma communauté de commander un calendrier 2021 et des tirages photo d’animaux sauvages.
* J’ai aussi exceptionnellement baissé mes tarifs pour travailler avec des territoires sur des missions de création de contenu.
* J’ai analysé mes dépenses pour trouver des leviers d’économie. J’ai par exemple migré mes trois blogs vers un autre prestataire d’hébergement internet. Total des économies réalisées : plus de 4000 €.

Si toutes ces mesures ne m’ont pas permis d’atteindre le même chiffre d’affaires que les années précédentes, elles m’ont aidé à ne pas mettre la clé sous la porte et à toujours exister.

Finalement, cette période a été l’occasion de réaliser un bilan de mon activité pour en redessiner son futur. C’est ainsi que de nouveaux partenariats et collaborations avec des professionnels du tourisme sont en train de se mettre en place. « Il y a toujours un avenir pour ceux qui pensent à l’avenir » disait François Mitterrand.

Kaouthare lance Katouvu?

Pour le second confinement, je ne souhaitais pas occuper mon temps à cuisiner et passer mes journées à échanger des blagues avec des amis. J’ai voulu développer ma créativité autour du voyage, c’est comme ça que j’ai lancé KatouVu?

KatouVu? Est une invitation au voyage depuis chez soi.

Logo KatouVu-L’idée de « KatouVu? » est née au confinement saison 2, le fait de ne plus voyager à plus d’1 ou de 20 km de chez soi était inconcevable. Et si je continuais à voyager grâce à mes rencontres du bout du monde pour m’évader ?
Le but de KatouVu? est de vous emmener en voyage sans vous déplacer tout au long du confinement. De vous faire rêver à travers la cuisine et des recettes, ou à travers une rencontre, un blog ou une agence de voyage.

C’est une mise en avant humaine en partageant un savoir-faire ou des connaissances et donne l’envie de prolonger l’évasion avec émotions jusqu’à chez soi.

Rendez-vous tous les mercredis à 19h en Live pour mettre à l’honneur les artisans et les commerçants locaux (06).

Rendez-vous également tous les dimanches à 17h pour des visites virtuelles du bout du monde de Belgique jusqu’au Sri Lanka en passant par l’Ouzbékistan et le Japon.

Où ? Sur les comptes Instagram de Touristissimo & KatouVu

Retrouvez également KatouVu? à la Grande Émission sur Azur Tv où je partage mes visites virtuelles en recensant les commerçants et les restaurateurs des pays que je présente dans ma chronique.

Jérémy, du blog à la formation

Comment résumer cette année? 2020 devait marquer pour moi le résultat d’un an et demi de travail passionné, à savoir le fait de pouvoir entièrement vivre de mon blog voyage, lancé en mai 2018. En décembre 2019, j’obtenais le statut d’indépendant (équivalent d’autoentrepreneur, mais en Belgique). Chaque mois, et ce jusqu’à fin mars, tout était en hausse, trafic, revenus… Sentiments incroyables de fierté et d’accomplissement que toute personne qui arrive à vivre de sa passion doit ressentir.
Et puis, bon, « 2020 happened », comme diraient nos amis anglophones.

Bien sûr, je pense qu’une bonne partie d’entre nous a imaginé que ce n’était que « passager », que ça ne durerait, au pire, quelques mois…

À titre professionnel, 2020 a peut-être été l’une des années les plus révélatrices pour les blogueurs/entrepreneurs dans le domaine du voyage.

Nous avons beau diversifier nos sources de revenus, tous nos œufs sont globalement dans le même panier, celui du tourisme.

J’ai la chance d’avoir développé une belle communauté sur Instagram, grâce à mes PVT (Permis Vacances Travail) en Australie (2 années) et en Nouvelle-Zélande (10 mois). Et j’avais remarqué que, lorsque j’abordais mon projet de blog, son évolution, mon envie d’en faire plus qu’un hobby… Ça suscitait un réel intérêt pour une partie de ceux et celles qui me suivaient.

profil jeremybackpacker blog voyage-2

Alors j’en parlais de plus en plus, je partageais mes conseils, ce que je faisais, ce que j’apprenais. C’est un milieu très mystérieux au début, on se dit que c’est “réservé” à une “élite” de professionnels.

J’ai d’abord proposé quelques audits SEO suivis d’appels, pour conseiller ceux qui le voulaient. Des gens étaient prêts à payer pour ça et étaient ravis de nos échanges. Rapidement, j’ai compris que c’était trop chronophage et que je me répétais en grande partie à chaque fois. Alors j’ai eu ce déclic. Et si je structurais et j’enregistrais tout “une fois pour toutes” et que je rendais cela disponible ?

Mais pour passer de blogueur à un formateur pédagogue et intéressant, il y a un monde.

Assez ironiquement, j’ai acheté des formations pour “apprendre à créer des formations”. J’ai aussi investi dans du matériel, sans même savoir si j’allais un jour vendre 1 seule formation. Bref, j’ai cru en moi et mon projet, et c’est aujourd’hui un des messages que je tente de diffuser à travers mes formations.

Je ne prétends pas être le plus grand blogueur, le plus “expert”, avoir le plus gros trafic. J’en suis très loin, et ça tombe bien, car n’est absolument pas mon objectif.

Mais je veux rendre le monde du blogging (voyage) accessible. Créer des formations (il y en a déjà 3, c’est fou!) qui partagent tout ce que j’aurais aimé savoir à mes débuts :

* Toutes les erreurs à éviter
* Choisir sa niche
* Son positionnement
* Démystifier le référencement & le SEO
* Apprendre à rédiger des articles optimisés et captivants.
* Et désormais, apprendre à monétiser son blog.

Sans promettre monts et merveilles ou faire de fausses promesses. En étant honnête et réaliste dans ma démarche. Et je suis heureux de constater que les gens sont réceptifs, les retours plus que positifs et qu’il y a un engouement à chaque nouvelle formation.
Non seulement cela me passionne et je m’épanouis énormément là-dedans, mais je me suis aussi diversifié.
Je ne me ferme pas de portes, peut-être qu’un jour je ferai des formations sur la productivité, sur le développement personnel, qui sait ?

C’est aussi ce que m’a appris cette année 2020 : croire en soi, suivre son instinct, ses envies, s’écouter.
Pour ceux que ça intéresse, j’ai même créé une formation entièrement gratuite d’une heure pour (re)lancer son blog voyage.

À très vite,

Pam et Rachel : une boutique en ligne

Nous avons lancé notre magazine web sur le voyage au féminin en juin 2019, donc moins d’un an avant le début de la pandémie. Le site « Les voyageuses du Québec » est un magazine web collectif sur le voyage au féminin à travers le monde. Nos 20 collaboratrices y partagent leurs découvertes, bons plans et réflexions sur le domaine du voyage. Il se veut une extension du groupe Facebook « Les voyageuses du Québec » ouvert en janvier 2018 et devenu depuis une référence au Québec auprès des Québécoises. Le magazine permet de recenser un maximum d’informations vécues par les voyageuses afin de les rendre accessibles à toutes plus facilement. Il est un espace d’expression qui touche différentes thématiques sur le voyage dans le but d’inspirer et de permettre au plus grand nombre de femmes d’oser mettre en œuvre leurs rêves et projets de voyage.

Le magazine commençait tranquillement à prendre de l’ampleur au début de l’année 2020. Nous commencions petit à petit à récolter le fruit de tous nos efforts. Puis, est arrivé cet arrêt complet des voyages internationaux. Sur le coup, nous ne prenions pas vraiment conscience de l’ampleur de la situation et étions certaines que quelques semaines suffiraient pour que le tout reprenne normalement. Nous étions bien loin de nous attendre à ce que l’hiver 2021 ait encore des saveurs de COVID-19…

À l’automne, nous avons décidé de nous retrousser les manches et de finalement lancer notre boutique en ligne qui devait au préalable voir le jour en avril. Nous offrons maintenant sur notre site des cotons ouatés et des t-shirts aux designs et slogans spécialement conçus pour les passionnées de voyage du Québec.

les-voyageuses-du-quebec

Également, nous avons offert au courant de l’automne 4 conférences en ligne. Les thèmes étaient les suivants ; le voyage en solo au féminin, tout quitter pour voyager à temps plein, le voyage éco-responsable et la traversée du Canada en van. Ce projet de conférence en ligne a été très bien reçu de la part de nos lectrices.
Nous avons donc décidé de poursuivre en 2021 avec une nouvelle série de conférences qui devrait débuter au courant du mois de janvier.

Ces deux projets nous ont permis de diversifier nos revenus et de poursuivre notre mission.

Bien que le magazine n’ait pas suivi son ascension des premiers mois durant la dernière année, nous sommes plus que confiantes qu’il reprendra la cadence rapidement.

Caroline emmène les familles à la montagne

J’ai créé Voyage Family, le magazine vacances des parents globe-trotteurs, il y a 5 ans. Avec 200.000 visiteurs uniques par mois en janvier 2020, je vivais alors à 90% de l’affiliation basée sur les voyages (avant tout en dehors de la France) des parents qui me lisent. Autant vous dire que depuis mars 2020, ils se comptent sur les doigts de quelques rares mains…

Lors du premier confinement, je me suis donc donnée trois objectifs pour rebondir avant la fin de l’année. Cela faisait longtemps que j’en avais envie, que je les avais en tête, mais là, je n’avais plus le choix !

Le premier consistait à publier plus de contenu sur la France pour inspirer les parents et les aider concrètement à organiser leur prochain séjour en famille dans notre joli pays. Le deuxième me poussait à développer Voyage Family d’un point de vue commercial et à créer également du contenu sponsorisé pour des entreprises intéressées par ma communauté ultra-ciblée. Le troisième, enfin, m’a amenée à décliner Voyage Family sur un sujet complémentaire mais qui intéressait également mes lecteurs : c’est ainsi qu’en mars 2020, j’ai commencé à travailler sur Ski Family le site 100% ski en famille de Voyage Family. Refonte de la charte graphique, développement web, négociation de partenariats avec des stations et des marques, rédaction d’une quarantaine d’articles, etc. Trois personnes ont travaillé avec moi pour réussir à lancer Ski Family avant le début de la saison en octobre 2020. Un investissement financier certain !

ski family

L’intérêt de ce nouveau site est à mon sens multiple : il permet d’étoffer l’offre de contenu et de service proposée à ma communauté ; il permet également de positionner mon entreprise sur un deuxième temps fort de départ en vacances : noël et février (vs Pâques et l’Été pour Voyage Family). Enfin, passionnée de ski depuis toute petite, Ski Family est une chance unique de pouvoir (enfin) partager mon amour de la montagne et de la glisse !

Si l’on se réfère uniquement aux chiffres (CA et visites mensuelles), ce n’est pas vraiment une bonne année pour Voyage Family et les récentes annonces de fermeture des stations n’a rien arrangé.

Pourtant, ces nouvelles petites briques posées en 2020 sont à mon sens une grande avancée pour la suite de l’aventure.

Mon entreprise est plus solide et quand les revenus de l’affiliation reviendront, Voyage Family sera plus fort qu’avant, j’en suis certaine. Contre tout attente, les mois qui viennent de s’écouler ont donc aussi été une belle opportunité. Maintenant, vivement 2021 que je puisse récolter les fruits des graines semées !

Julien, apporteur d’affaires dans la construction

Je suis Julien et auteur du blog Voyageur Indépendant depuis 2011. Passionné de voyage, je l’avais créé dans un premier temps pour partager mes expériences et mes conseils. Mais l’engouement de mes visiteurs a fait que c’est devenu une réelle activité qui m’a permis de dégager des revenus assez rapidement.

Ma destination privilégiée étant l’Afrique du Sud, les articles sur cette destination étaient nombreux et suscitaient beaucoup de questions de mes visiteurs, pas toujours rassurés de s’y rendre en autonomie. J’ai alors décidé de créé en 2013 un site dédié au pays, Voyage-AfriqueduSud, pour donner davantage de conseils mais aussi proposer aux futurs voyageurs de les mettre en relation avec une agence locale francophone sélectionnée par mes soins.
Le site s’est très bien développé et était en constante progression jusqu’en février et l’arrivée de ce fichu virus…
Depuis, les revenus se sont effondrés, les voyageurs ne pouvant pas sortir de l’UE dans un premier temps, puis l’Afrique du Sud n’ayant pas rouvert ses frontières jusqu’à il y a peu.

Cela faisait déjà quelques années que je me disais qu’il ne valait mieux pas mettre tous ses œufs dans le même panier et notamment dans le tourisme même si c’est le secteur qui me passionne le plus. L’activité fonctionnant plutôt bien, jamais je n’aurais cru qu’un tel séisme provoqué par un virus pourrait avoir lui et je n’avais donc jamais fait l’effort de me lancer sur autre chose !

En juin, j’ai compris que la crise dans le tourisme allait durer et qu’il était donc temps de lancer autre chose.

Le modèle « d’apporteur d’affaire » dans le voyage me plait bien et j’ai donc voulu reproduire ce modèle dans un autre domaine.

J’ai fait construire ma maison il y a bientôt 10 ans et je me suis rappelé que c’était un peu le projet d’une vie et que pour cela, il fallait trouver un constructeur de confiance ce qui est loin d’être facile d’après ma propre expérience. J’ai donc pensé que je pourrais cumuler mon expérience d’apporteur d’affaire dans le voyage et mon expérience de construction de maison pour un nouveau projet. J’ai donc créé Ma-Maison-dans-le-Nord qui permet de donner aux gens des conseils pour leur futur projet mais surtout de les mettre en relation avec des constructeurs de maison locaux de confiance sélectionnés par mes soins. Le projet est tout frais mais tout est déjà en place, j’y crois donc beaucoup pour la suite…

maison-brique-nord

Marie, travel planner pour la France

Travel Planner, j’ai adapté mon offre de service sur les voyages en France

En 2019, lorsque j’ai quitté mon poste de jeune cadre à Paris pour créer mon entreprise dans le domaine du tourisme, j’avais bien conscience que le chemin serait semé d’embuches. Mais je ne pensais pas que toutes les pierres que j’avais peu à peu agencées pour construire les bases de mon entreprise seraient rapidement balayées par un énorme typhon.

Un peu plus d’un an avant de quitter la sécurité salariée et le confortable salaire qui tombait chaque fin de mois, j’avais eu l’idée de créer, par passion, mon blog de voyage. J’avais rapidement pris conscience du potentiel de mon site internet et découvert le métier de Travel Planner très pratiqué outre atlantique. J’avais également commencé à développer une offre de guides de voyage au format ebook qui commençait à bien fonctionner. Après avoir testé et validé mon idée, j’ai donc fait le grand saut vers l’aventure de l’entreprenariat sans filet de sécurité.

Les premiers mois ont été difficiles et les premiers clients ont mis du temps à arriver. Mais, en janvier 2020, ma base était solide et je commençais à être régulièrement sollicitée pour mes services d’organisation de voyage. Les ventes d’ebook augmentaient. Tous les signaux étaient au vert.
Le mois de mars 2020 avait vraiment bien commencé ! La fréquentation du site était en nette progression, tout comme mon chiffre d’affaires. Et puis, il y a eu le discours du président. La courbe du site s’est écrasée, tout comme mon moral. Mais il n’était pas question d’abandonner.

J’ai donc mis l’accent sur la production de contenus au sujet de la France, que j’avais jusque-là un peu négligée sur mon site internet. Je pensais que lorsqu’ils voyageaient près de chez eux, les Français avaient moins besoin de s’organiser, de conseils pour leurs voyages. Pourtant, les articles que j’ai publiés à ce moment là ont rarement fonctionné aussi bien et aussi rapidement. J’ai longuement travaillé à l’écriture et la création d’un guide de voyage pour le nord de la Bretagne, région que je connais bien, que j’ai réussi à publier mi-juillet. Je pensais qu’il serait trop tard pour qu’il intéresse, il a été mon best-seller de l’été.

perspectives-de-voyage

Et puis, dès que le déconfinement l’a permis, j’ai proposé et adapté mes service de Travel Planner pour des voyages France. Là encore, je me trompais en pensant que mon service n’était pas adapté aux voyages de proximité. Très vite, j’ai pu constater un vif intérêt pour mes services tant et si bien que pour absorber toutes les demandes, j’ai dû passer presque tout mon été scotchée à l’écran de mon ordinateur, du matin jusqu’au soir, weekend compris !

Bien que l’année qui se termine ait été difficile, tant moralement que financièrement et que les statistiques du site jouent à nouveau aux montagnes russes à la suite de ce second confinement, je peux dire que j’ai tout de même pu tirer un bénéfice de cette sombre période. Je sais désormais que le développement de mes services en France offre de belles perspectives et j’ai hâte de découvrir davantage les merveilles de notre territoire.

Epinglez-moi !

5 commentaires sur “Créateurs de contenu tourisme : se réinventer pendant le Covid-19 ?

  • Répondre kikimagtravel sur

    Je trouve cet article extrêmement bien fait. Et quand je lis tes premiers mots je me retrouve complètement dans cette réflexion et je suis un peu comme toi finalement. Je ne m’inclus pas du tout comme une créatrice de contenu. Finalement j’ai pas de cases et j’aime me diversifier tout comme toi. En effet, cette crise nous l’avons toutes et tous eu dure, mais elle nous a quand même permis beaucoup de grandes réflexions, que l’on évite parfois. Se retrouver face à soi-même fait un bien fou pour les projets futurs 🙂

  • Répondre Virginie sur

    Coucou,
    Merci pour ce partage d’expériences, c’est très enrichissant de voir comment ces créateurs-trices de contenu ont su/dû se diversifier. Comme quoi, il y a aussi des opportunité dans les crises.
    Belle journée,
    Virginie

    • Répondre La Fille de l'Encre sur

      J’ai trouvé les témoignages très inspirants et courageux. Il y a du bon à prendre même dans les moments difficiles.

  • Répondre Jérémy Lantin sur

    Hello Olivia !

    Effectivement, bien intéressant de voir la façon dont d’autres personnes ont pu rebondir durant cette période.

    En tout cas, ce qui ressort de tout ça, c’est clairement l’importance de diversification, aussi bien en termes de contenu que de rentrées financières.

    Je relaie ça dans la semaine !

    Au plaisir,

    Jérémy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *