J’écris un livre … enfin, j’essaie.

Voilà c’est dit, j’écris un bouquin ! Enfin …

Aucune préméditation ce soir-là – je suis toujours autant incapable de stratégie ou de calcul de positionnement – seulement une forte envie de partager avec celles qui veulent bien me lire sur Instagram, ma préoccupation du moment : l’écriture.

Pas celle à laquelle je m’adonne depuis des années à travers les articles pour mes clients ou les publications que je publie ici. Oust la rédaction web, exit la rédaction juridique, au trou la rédaction d’articles de blog, je me suis lancée dans l’écriture d’un bouquin.

J’avais commencé à ébaucher mon retour à l’écriture dans mon article précédent, j’ai franchi une nouvelle étape depuis.

Annoncer l’écriture pour m’y tenir ?

Cette annonce, je ne l’ai faite aucunement par vanité, ce qui serait d’ailleurs bien mal joué de ma part, j’ai écrit 5 lignes du livre qui m’anime en ce moment.
Nous sommes bien d’accord, du pipi de chat au milieu d’un flot contenu de mots et de phrases que l’on échange tous les jours par mail ou sur les réseaux sociaux. Pour autant, c’est un grand pas personnel.

Après avoir lâché le morceau sur Instagram, j’ai saisi même le risque énorme que je venais de prendre, celui de me mettre une pression que je refuse, celle du regard des autres, de l’attente étrangère à la mienne.
Après quelques instants de réflexion, je me suis vite reprise, personne et certainement pas vous, attendez quelque chose de moi, je sais votre bienveillance. Et la vie m’a appris l’humilité.
Je ne suis pas une star des réseaux et je pourrais demain raccrocher pour m’exiler en Lozère avec des biquettes que je ne manquerai à personne sur le net. Mes années en entreprise m’ont également bien enseignées que personne n’était irremplaçable, à quelques exceptions près pour des êtres hors du commun. Et encore.

Ne vous méprenez pas encore, ces lignes ne sont pas un appel à la compassion, j’ai toujours détesté le jeu de ces jeunes filles pas assez belles, pas assez brillantes selon elles – alors qu’elles sont canons et lumineuses. Leur seul manque : une énorme confiance en elle.

Les compliments font toujours leur petit effet mais je n’aime pas aller à leur pêche. Et si la confiance n’est pas toujours là, je sais qu’elle ne s’acquière pas à travers les yeux des autres. C’est peine perdue d’aller chercher ce qui nous manque à l’extérieur.

Vous êtes une poignée à me soutenir dans mon écriture depuis des années et quelle poignée ! De sacrés nanas persuadées avant moi que les formats courts n’étaient qu’un préambule à peut-être un jour, plus de 3000 mots.
Vous livrer cette démarche est non seulement pour moi une façon d’être accompagnée, soutenue par celles qui me suivent depuis longtemps mais également de vous remercier d’être là. Vos encouragements sont des forces au quotidien.

Écrire, les montagnes russes

Si je n’ai posé que 5 lignes, je sens que le travail d’écriture se fait. Pour l’instant, assez peu concrètement je le reconnais mais les engrenages de mon cerveau commencent à s’emboiter pour laisser bientôt j’espère un flot de mots glisser vers ma main.

Je sais que je me prépare à vivre les montagnes russes et les vertiges ne me quittent pas. Un jour, je me sens invincible, capable de le faire tandis que l’autre, le syndrome de l’imposteur me saisit à la gorge violemment.

Comment pourrais-je oser me confronter avec les écrivains, les vrais, ceux qui sont édités et dont les livres font mes jours et mes nuits ? Quelle audace de croire que je peux aller au-delà de mon blog, c’est déjà bien assez non ? Pour qui je me prends donc ?

Et que vous dire du vertige que je ressens dans une librairie ? Ce n’est plus un vertige mais un abîme sous mes pieds que je contemple du bord accidenté. Quelle idée de me mettre dans cette situation inconfortable alors que justement je recueille avec mes articles de blogs et ceux pour mes clients de très bons retours ?

Ne me sortez pas qu’il est important de sortir de sa zone de confort ! J’ai la sensation de ne l’avoir jamais connu, cet espace confortable, tant je divague encore et toujours de mes trajectoires depuis tant d’années.

Et là, je ne parle que des sensations liées à la position de l’écrivain, aucunement de celles que je commence à ressentir et que je ne manquerai pas de vivre tout au long de l’écriture. Je pars sur un livre personnel, forcément, ça va piquer souvent, me blesser, m’écorcher et peut-être m’apaiser. J’aimerais tellement aller au bout pour vous aider aussi.

Et s’il restait un livre inachevé ?

Aucune importance. J’en suis persuadée, si je ne vais pas au bout, cela ne sera pas grave. Je suis mes besoins du moment.
Aujourd’hui, j’ai besoin d’y aller. Je me sens suffisamment forte pour affronter mes démons. Cela ne sera peut-être plus le cas dans 15 jours, dans 3 mois, dans 6 mois … j’ai fait un pacte inconscient avec moi-même : m’écouter et ne pas aller chercher la douleur. Je tâcherai de l’accueillir lorsqu’elle se présentera, de l’apprivoiser. Si jamais, elle était trop vive, trop perçante, j’aviserai pour ne pas me laisser happer.

L’idée est d’avancer, de construire, de transmettre, pas de revenir en arrière.

Et s’il n’était jamais édité ?

Vous n’avez pas fini avec vos questions désagréables ?
Là aussi, c’est une probabilité, je connais tant d’écrivains dont les romans dorment encore dans les tiroirs …

Chaque chose en son temps, pour l’instant, seul écrire la 6ème ligne m’importe. Je n’anticipe rien même si évidemment, je m’imagine parfois remporter le Prix Goncourt 😉

Je ne sais trop que la difficulté de nos jours, n’est pas d’être édité mais d’être lu …


Alors voilà, j’écris un livre. Je mesure chacun de ces mots, ils sont lourds, ils pèsent sur mes épaules déjà, occupent toutes mes pensées mais ne sont pas une charge inutile. Je ne le crois pas.

Ne vous étonnez pas si ce blog vient s’enrichir de quelques articles sur mon travail d’écriture, il est depuis tellement longtemps le réceptacle de mes interrogations. Un carnet pas intime, grâce auquel j’échange avec vous et puise souvent la force d’avancer.

Si l’écriture est aussi votre préoccupation du moment, n’hésitez pas à me dire où vous en êtes, à plusieurs, vous savez …

Mise à jour du 08/06/2021 :

Plusieurs mois après cet article, où en suis-je ? Et bien nul part !
Les cinq lignes posées sont restées cinq lignes et aucune autre n’est venue rejoindre ces premiers mots.
Pourquoi ?
Ah là, vous en avez encore de bonnes questions comme celles-ci ?

Bien évidemment que je me pose la question depuis le début … L’envie est pourtant là, la nécessité même plus qu’une envie, un besoin mais certainement pas encore suffisamment irrépressible puisque j’arrive à le tenir à distance sans trop en souffrir.

Ces derniers mois, tout n’a été que prétexte pour ne pas y aller :

  • j’ai passé des heures sur un logiciel d’écriture que je n’ai jamais réussi à apprivoiser
  • la culpabilité de prendre du temps sur mon boulot rémunéré
  • jamais le bon moment
  • pas assez de temps devant moi
  • il fait moche
  • il fait beau
  • j’ai soif
  • j’ai faim
  • ah mais attends, cette idée là à la place, elle serait pas super chouette ?

Bref, tout a été excuse pour ne pas écrire. Et je me remets la palme de la fausse excuse, j’excelle en ce domaine ! Je devrais en faire mon métier je crois.

Je le disais plus haut, si je n’écrivais pas, ce ne serait pas grave. C’est exact, après tout, personne ne me met le couteau sous la gorge et je fais bien ce que je veux de mon temps. Sauf que dans ma tête, mon cœur et ma gorge, tout ne va pas si bien que ça. Des luttes intestines font rage. Il faut que je les fasse cesser, elles prennent trop de place.

Bien évidemment, c’est la peur qui me contraint. Et aussi ma rationalité, celle qui assure ma sécurité intérieure et qui me dit “tu vas pas y aller, hors de question que tu remettes en cause cette stabilité enfin acquise pour quelques mots. Mets ton mouchoir dessus et va bosser !”

Elle est sympa ma rationalité mais elle manque un poil de fantaisie et de spontanéité … Et surtout, elle prend une place tellement importante que je suis obligée de trouver des chemins de traverse pour la contourner.

Et pourtant, je m’apprête à prendre ce petit chemin de campagne cabossé tout mignon, tout ombragé que l’on suit sans trop savoir où il mène … Etonnamment, ce chemin me guide vers Instagram que je n’aurai pas imaginé pour raconter mes histoires mais où peut-être, je trouverai des mains pour me ramasser si je trébuche. Quitte à se casser la gueule, autant le faire bien et en public 🙂

18 commentaires sur “J’écris un livre … enfin, j’essaie.

  • Répondre Enirtourenef sur

    Quand je me suis lancée dans mon premier roman (que je n’ai pas encore fini) j’en avais aussi parlé sur mon blog. Le fait de faire un point mensuel de mon avancée, d’être membre d’un forum d’écriture, de “mariner”, en fait, dans ces préoccupations, a eu un vrai effet positifs sur ma régularité au travail, ainsi que les quelques encouragements que je pouvais recevoir, donc je comprends parfaitement ta démarche d’annonce 🙂

    “Les écrivains, les vrais” c’est une façon de voir classique mais effectivement ça fout le doute ! Quand je compare les livres qui m’ont mise par terre à ce que j’ai écrit, je me dis que ce n’est pas au niveau. Deux choses pour corriger ça : 1) un écrivain/auteur c’est quelqu’un qui écrit. Tu écris ? Tu es un vrai auteur ; 2) comparer un premier jet (de quelqu’un qui se lance dans ce type d’écriture) avec le produit fini édité n’a aucun sens : un premier jet, à part cas rares, n’est pas publiable : le schéma classique c’est : relecture → corrections → bêta-lectures → corrections → envois en maisons d’édition → corrections éditoriales → publications. Donc un produit publié n’a rien à voir avec un premier jet et est donc incomparable ! Lâche la pression, tout va bien se passer ! 😉

    Et même si tu n’es pas édité en ME, quelle importance ? Je pense que tu as les compétences nécessaires et la communauté derrière pour te lancer dans l’auto-édition, si tu le sens et que tu en as envie !

    • Répondre La Fille de l'Encre sur

      Merci beaucoup pour tes encouragements !
      Je suis un groupe d’auteurs, les Explorauteurs et je n’ai pas réussi encore à y être active malheureusement :/
      Et tu as raison, nous ne devrions jamais comparer ce qui n’est pas comparable. Le premier jet reste mon objectif pour l’instant, ce serait déjà très bien si je passais cette étape.
      Tu écris aussi ? quel style d’écriture ?

  • Répondre Aurélie sur

    Quel beau projet ! Bravo pour avoir osé te lancer…
    Ici plusieurs débuts de livres dorment dans mon ordinateur… J’ai des idées et puis je trouve ça médiocre alors j’arrête, et je reprends… Mon objectif c’est de réussir à faire un “premier jet” de quelque chose, même si ce n’est pas terrible, ce sera déjà une base…

  • Répondre Corinne sur

    Hello, je te comprends tout à fait je suis dans la même démarche mais je bloque, un psy me dirait certainement que le blocage vient de loin ! Certainement mais moi qui pourtant écrit depuis 10 ans sur mon blog et qui suis férue de littérature je m’enlise dans mes velléités personnelles d’écriture. Nous allons nous soutenir mutuellement pour arriver à “accoucher” de notre rêve ! Mais je ne doute pas que tu y arrives et je me délecte de te lire bientôt. Bises

  • Répondre Martine sur

    J’avais commencé à écrire aussi il y a une dizaine d’années. Près de 200 pages format livre de poche. Mais je ne l’ai jamais fini, j’avais égaré mon document dans les méandres des disques durs externes.
    Du coup j’en ai recommence un il y a quelques semaines. Sur une autre histoire. Je prends mon temps. J’essaie d’être organisée pour ne pas être illogique dans mon récit. Ça demande plus de travail que ce que j’imaginais. Mais c’est passionnant et gratifiant. Je ne me force à rien. Je m’y mets quand je le sens. Et ça vient tout seul.
    Alors tout ce que je peux te souhaiter c’est de t’éclater à écrire.

  • Répondre Eurydice sur

    Chouette projet ! De quoi va-t-il parler ?

  • Répondre Seniors en Vadrouille sur

    Bravo Olivia. Il n’est pas bon de laisser un rêve ou un besoin inassouvi en soi. Je suis ravie que tu te lances dans l’écriture et je te souhaite beaucoup de plaisir sur ce chemin.

  • Répondre Agnès sur

    Bonjour Olivia,
    Merci pour ce partage à cœur ouvert. Quoi qu’il advienne, il me semble que vous avez choisi le bon chemin, celui de vous lancer, en vous faisant plaisir et sans (trop de) pression.
    Bonne route !

  • Répondre JEAN FRANCOIS FECHINO sur

    Bravo Olivia ! Vous entreprenez là une démarche courageuse d’autant que l’annonce d’une future gestation n’est pas le certitude de la réussite. Pour autant, votre travail de blog devrait grandement faciliter votre exercice voire même vous fournir une base de travail…
    Alors bon courage car nous avons hâte de découvrir les premières lignes de votre travail…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *