Entretien d’embauche #2 « Vous connaissez ça par cœur Olivia »

Deuxième billet de notre série sur les entretiens d’embauche foireux. Celui-ci est gratiné.

Acte 2 – L’entretien d’embauche La Vérité Si je Mens

Annonce pôle emploi, pile poil mes compétences, j’envoie un mail avec mon CV. Une heure après, le patron de la boîte me rappelle directement.

Normalement, le premier échange est très bref, on peut se voir quand ?

Là, non. Le monsieur avait manifestement envie de parler. Pas de m’entendre parler, ça je crois qu’il s’en foutait, mais parler de lui et de sa boîte, assurément, il en avait très envie.
OK, j’suis gentille au chômage, je l’écoute me parler de ses réussites, de ses levées de banque à coup de millions d’euros (sic), de ses projets, de ses avocats, de son agence de presse …

Au bout de cinq minutes, il m’appelle Olivia. Soit. Je vous rappelle que nous sommes toujours au téléphone et que le rendez-vous de notre rencontre n’est pas encore pris …

Une heure après, exténuée et l’oreille rouge vif, je prétexte un rendez-vous pour échapper à la conversation durant laquelle ce monsieur ne m’a pas posé une seule question sur mon parcours.
On finit par prendre rendez- vous. Ouf !

Avant de raccrocher, il me demande mon CV. Que j’avais joins au mail évidemment ! Il ne l’avait donc pas lu. Ça commençait bien !

Malgré mes réticences, et surtout parce que je suis gentille au chômage, je me rends dans les locaux de ce monsieur. Passées les 20 minutes réglementaires, arrive Patrick Abitbol. Cheveux gominés, Rolex au poignet, Weston aux pieds, costume Hugo Boss, écharpe Burberry … le même, l’accent pied noir en moins, l’accent marseillais en plus.

On s’installe dans son bureau, sous les moulures. Je crois qu’il disait vrai, son entreprise ne connaissait pas la crise. Et là, belote et rebelote, il me refait la discussion téléphonique. Cette fois-ci, toujours pas de questions sur mon parcours mais il ponctue souvent ses phrases par un « vous connaissez ça par cœur Olivia de toute façon ». Oui, mais non. Mais comment le lui dire, il ne m’écoutait pas. S’en suit un discours sur la pauvreté à Marseille (quelle horreur), sur le bonheur d’aller au spa entre deux rendez-vous, sur le « je viens de rien, mon père était ouvrier et voyez comme j’ai réussi », sur son caractère (il me glisse que parfois, le matin, il oublie de dire bonjour), son frère, sa femme, ses concurrents (les nazes) …

Puis, est venue la phrase culte, celle qui a précipité ma décision de ne pas travailler avec lui : « je ne bois pas, je ne fume pas, je ne me drogue pas mais qu’est-ce-que je consomme ! ».

Je suis rentrée chez moi, toujours très gentille au chômage, soulagée de ne pas travailler avec un tel personnage !

21 commentaires sur “Entretien d’embauche #2 « Vous connaissez ça par cœur Olivia »

  • Répondre alexandra sur

    Simplement… ptdr !! J’imagine trop bien la scène.

  • Répondre Granpi sur

    Et bien voyons le côté positif de la chose, cela te donne de la matière pour divertir tes lecteurs!!

  • Répondre Ecuries de M. Untel sur

    Alors moi, comme je l’ai déjà dit par ailleurs, je propose de renverser complètement les rôles, c’est-à-dire s’asseoir en face du recruteur -pourquoi pas carrément sur le bureau….Bon, euh non, d’accord, pas jusque là- et demander d’emblée : « Bon, qu’avez-vous à m’offrir ? ». Comme ça, on sait très vite si on peut rester un peu, pour voir, ou si on peut partir tout de suite : « Bon, au revoir, rappelez-moi si vous avez quelque chose d’intéressant à me proposer ». Oh, on n’a pas que ça à faire, nous.

  • Répondre Laury - We Wash Trash sur

    Je décrypte extrêmement bien le personnage (très bien décrit par ailleurs) ; et il vaut mieux pour toi d’être gentille – au chômage – Un peu flippant tout de même !
    A très vite,
    Laury

  • Répondre ma Cigale sur

    On croirait un sketch mais non , tu es vraiment trop gentille ….mais tu connais ça par coeur Olivia 😉

  • Répondre deltreylicious sur

    Tu n’aurais même pas due te déplacer!
    Biz
    Deltreylicious
    http://blackbeauty-mode-tendance.eklablog.com

    • Répondre JITC sur

      J’ai clairement perdu mon temps mais j’aurai eu des regrets !

  • Répondre La souris sur

    Waouh… je crois qu’il n’y a rien d’autre à dire
    J’ai beaucoup aimé le au chômage barré associé au très gentille, je pourrais p’tre répondre que je suis gentille la prochaine fois qu’on me demande mon boulot lol

  • Répondre Allye sur

    J’aime bien le très gentille et le chômage avec le trait, j’ai lu « très au chômage » lol
    C’est tjrs aussi bien écrit…

  • Répondre Djahann sur

    Eh beh ! Quelle perte de temps quand on tombe sur personnages comme ça. Moi ce qui me laisse perplexe, c’est ceux qui parlent de leur boite, du poste offert, mais qui ne me pose aucune question sur moi. Du coup, comment font-il pour choisir ? à la « plus canon » ? Ben j’suis pas près d’être choisie, hein, car je suis pas un thon, mais pas spécialement canon non plus !

    • Répondre JITC sur

      Parfois on se demande effectivement à quoi tiens le recrutement

  • Répondre Charlie OPlumes sur

    La vache !! Non mais wahou quoi !
    Ça et l’histoire d’Evelyne… le monde de l’entreprise, ça fait rêver !!

  • Répondre Eveline LABORDA sur

    Bonjour Olivia,

    Ta deuxième partie est excellente. Je pense que ce monsieur avait plus envie finalement de voir ta bouille et que vois la sienne. C’est effectivement insupportable.
    Cela me rappelle une expérience dans une boîte de PAP haut de gamme dont le siège social se trouve entre bonneveine et les plages du Prado à Marseille donc. Le big boss est un peu de ce genre là. De plus celui-ci fait partie de la liste électoral de notre cher très cher maire de Marseille… Je tairais ici, donc son nom.
    L’histoire fut un peu similaire :  » et bla-bla-bla. Moi, je … Et bla-bla-bla. Moi… Moi et moi  » me disait-il , puis arrive le moment où il m’imposait :  » bon et bin maintenant vous allez passez un entretien avec …  » je te l ‘donne dans mille ! —> Sa mère !
    Oui, sa mère … Tout un programme d’artifices et de superficialités. Je crois que la mère de Juseppé (et quelle référence !) est un lapin de 6 semaines en comparaison de cette rare espèce de femme …
    Souvenir amer donc car j’ai tout de même tenu 4 jours dans cette entreprise familiale. Lorsque je suis allée récupérer ma paye celui-ci m’a dit d’une manière théâtrale :  » Mais. Qui êtes-vous ?  »
    lol

    • Répondre JITC sur

      Le coup de la maman !! Que c’est drôle !! et pathétique à la fois

  • Répondre Samia sur

    Un phénomène cette personne !

  • Répondre Centrino sur

    Comme dans le film en effet; merci pour cette tranche de rire ^^

    • Répondre JITC sur

      que j’aime faire rire mes lecteurs/trices !

  • Répondre isalaprof sur

    Punaise Olivia je te trouve vachement difficile ^_^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *