La réponse est oui ! #2

A la question que je vous ai posée il y a 2 jours, sommes-nous corvéables à merci ? si j’en crois ma toute récente expérience et vos témoignages, la réponse est oui.

Tout d’abord, je vous remercie de vos commentaires, encouragements et réactions, dont certains m’ont réellement troublés par la violence de l’histoire et de la situation vécue.

Ensuite, je voulais vous narrer la suite de mes aventures, qui vaut son pesant de cacahuètes.

Revenons un peu en arrière, à mercredi soir précisément.
Dans mon article, je vous disais que malgré une demande de renouvellement de mon contrat présenté à la Direction  de l’entreprise qui m’employait, aucune réponse ne m’était donnée.
En fait, mercredi soir, j’obtenais de mon chef de service, de façon très obscure et très décousue que finalement, un nouveau contrat de 3 mois allait m’être proposé début janvier et qu’il était bien content que je reste dans son service.

La durée de 3 mois me convenait parfaitement, ne souhaitant pas m’investir plus longtemps dans cette entreprise. Le doute en moi subsistait tout de même, tout semblait tellement compliqué (explications bidons, faux-semblants, confusions étaient au programme, sans que je ne comprenne pourquoi).

Hier matin, dernière matinée de boulot pour moi, on me confirme plus ou moins que je reviens en janvier (mais cela semble toujours aussi compliqué).

L’après-midi même avait lieu la convention annuelle de l’entreprise à laquelle j’étais conviée : 4 heures de discours de la direction, petites vidéos vantant les mérites de la boîte, ronds de jambes et tout le tintouin, petites fours et champagne.

Pendant la pause, entre deux discours, mon chef demande à me parler, dans la salle de cocktail dressée pour la soirée, vide encore. Et là, de m’annoncer, qu’il sera ravie de me revoir mais … en mars 2014 !!

« Vous comprenez Olivia, le délai de carence, c’est la faute à la DRH mais pas la mienne, vous êtes formidable revenez vite, on ne peut vous proposer que ça mais attendez, demain on doit voir le secrétaire général pour trouver une solution, et je ne peux pas aller contre la DRH, vous faites du bon boulot et si vous vous renseigniez auprès de votre boîte d’intérim maintenant que vous allez avoir du temps ?  … »

Je vous jure, je me suis mise à rire ! J’ai attendu que la convention se termine et je suis partie la tête haute, après avoir dit courtoisement mais fermement ce que je pensais de la situation.

Je me suis jamais sentie aussi humiliée par un employeur. Alors que je ne demandais pas forcément le renouvellement de ce contrat, ils ont réussi à me mettre dans la position de celle qui quémande 3 mois de boulot.

Et pour ça, je leur en veux. Humainement, c’est moche.

Voilà, l’histoire est finie, la colère d’hier commence à s’estomper et comme me disent certains de mes twittos, de nouvelles opportunités s’ouvriront à moi, forcément.

Bisous mes chatons, la semaine prochaine sera plus gaie !
Et ne baissez jamais la tête !

23 commentaires sur “La réponse est oui ! #2

  • Répondre La Flâneuse sur

    Aie! Le pouvoir finalement de l’entreprise sur le salarié demeure encore trop puissant!
    Viva la revolucion 😉
    Bon courage et très belles fêtes avec de nouveaux projets pour 2014!

  • Répondre charlie O'Plumes sur

    Bonsoir, je lis ton blog de temps en temps (tu écris bien, bonheur!) mais je ne commente que rarement. Bref !
    Sale histoire que la tienne… Et bien sûr, j’en connais d’autres du même genre.
    Perso, après avoir passé 10 mois en stage pour une boîte (moins de 300€ par mois et dieu sait qu’au bout d’un mois je faisais déjà du bon boulot), on m’avait promis un cdd et j’ai attendu, attendu et réclamé mon contrat… J’étais super angoissée, je n’avais pas d’autre opportunité. On m’a finalement demandé de signer pendant ma dernière aprèm de stage, dans le bureau de mes boss. Mon premier cdd. Ouf. Mais aussi… euh? Bac +5 au smic, quelle marge de manoeuvre tu te sens quand on t’a fait mariner comme ça??
    J’ai signé. C’était important pour moi, mon premier vrai job, ça m’a fourni l’expérience dont j’avais besoin, mais à quel prix? Celui de ne pas être payée à la valeur de mon travail et qualifications. Et je me disais aussi : il faudrait qu’on refuse tous ce genre de choses, sinon, on est complice. Mais comment faire quand on est si précaire?
    Après 9 mois de cdd, j’ai pris des vacances. Ils disaient qu’ils devaient s’organiser mais me reprendraient à la rentrée de septembre. À mon retour, bien sûr, les choses avaient changé : embauches gelées, crise crise crise. J’ai passé pile un an au chômage, j’ai passé plein d’entretiens… J’étais souvent « finaliste ». On oubliait de me rappeler pour me dire que « finalement, ils avaient pris un stagiaire pour 6 mois qui aurait ensuite 3 mois de cdd »… J’hallucinais. J’étais écoeurée.
    Et puis, un poste s’est libéré dans ma première boîte, et ils m’ont prise en CDI. Youpi. 1200€ par mois. Bac +5. Et bien sûr, louanges sur mon travail, mon efficacité, mon implication.
    Je suis finalement partie, et je suis aujourd’hui auto-entrepreneur. J’ai des clients, pas de patron, et même si c’est pas mal de soucis et beaucoup de boulot, je m’éclate dans ce que je fais (plein de trucs différents, mon ancien métier, des créations, des missions diverses).

    Voilà, pour mon premier commentaire, j’ai fait fort ! Mais je voulais juste te dire que je comprends archi bien de quoi tu parles (je ne parle que de mon expérience perso, mais j’ai été témoin de beaucoup de manipulations destructrices concernant d’autres et qui faisait flipper sa mère!) et que je t’envoie plein de courage !
    Bonnes fêtes, ça donne des forces !

    • Répondre JITC sur

      Merci pour ce premier commentaire !
      Je te félicite d’avoir eu le courage de te lancer !
      Bonnes fêtes à toi aussi et à bientôt !

  • Répondre Nathalie, Lheuredete sur

    Je retrouve avec plaisir ton blog ce soir… Comment te dire ? Je suis atterrée par ce que je lis… et surtout bien désolée pour toi. Comme je comprends ta réaction où tu as commencé malgré toi par rire nerveusement. Écoute… tu es partie la tête haute… Repose-toi, pour l’instant. Vive 2014.
    Bien des bises !

    • Répondre JITC sur

      Merci Nathalie pour ton commentaire et tu as raison, vive 2014 !

  • Répondre Centrino sur

    Comme dit hier, tu ne peux que trouver mieux.
    Profite bien des fêtes et de tes proches.

  • Répondre alexandra sur

    Profite des fêtes, cette année a été bizarre pour beaucoup de monde. 2014 sera meilleur je l’espère, c’est une pauvre licenciée qui te le dit ^^

    • Répondre JITC sur

      Je te souhaite aussi une meilleure année !!

  • Répondre JB sur

    Force et courage, vous valez mille fois plus, bien à vous , JB

  • Répondre Le Mag à Lire sur

    Tu vaux bien plus que ça.
    Je te souhaite de belles fêtes de fin d’année la belle 🙂

    Mag

    • Répondre JITC sur

      Merci ma jolie.
      Bonnes fêtes et à bientôt !!

  • Répondre Ecuries de M. Untel sur

    BANDE DE LACHES !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Ce qu’ils n’ont pas osé dire certainement (forcément), c’est qu’entre-temps, ils allaient prendre un autre intérimaire, qu’ils ne renouvelleront pas, et ainsi de suite et etc………..

    • Répondre Eveline LABORDA sur

      C’est exactement ça ! Les entreprises vivent sur les subventions, les lèches bottes et les incompétents. Les bons, eux, sont toujours lâchement remerciés car : « ils comprennent mieux que les autres…  » Qué bande de pingouins !

    • Répondre JITC sur

      Je le sais bien, je suis arrivée après de nombreuses intérimaires et je serai suivie, d’ici quelques semaines, d’autres intérimaires !

  • Répondre Mazarinette sur

    Ce monde est complètement DINGUE! Hier matin, je participais à une réunion d’infos pour jeunes entrepreneurs et j’ai halluciné du profil de mes camarades. Plus de la moitié d’entre eux avait plus de 40 ans et un bagage pro du feu de Dieu mais se voyaient licenciés, reclassés par de grandes boîtes pour laquelle ils avaient tout donné…
    Pompon sur la Garonne, l’une d’entre eux, en process de reclassement pour délocalisation de sa boîte, a du aller former les salariés qui allaient la remplacer, en République Tchèque…Elle a réussi a être défrayée pour cette tâche mais, au départ, sa boîte comptait sur du bénévolat!!! Il n’y a plus de limites à l’humiliation…
    Bises et courage (si tu veux, je te donne toutes les infos pour t’accompagner dans la création d’entreprise, penses-y jolie juriste 😉 )

    • Répondre JITC sur

      Pompon sur sur la Garonne ?? drôle !!
      Tout le monde me parle de création d’entreprise, je vais finir par succomber 🙂

  • Répondre ma Cigale sur

    Fiere de toi !!! ils ne te méritent pas !!! tu auras plus de temps pour blaguer, bloguer, twitter …..
    Bonnes vacances !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *