Salarié et freelance : les avantages

On ne va refaire toute ma bio professionnelle mais pour les nouvelles qui viennent d’arriver, quelques mots : juriste d’entreprise, licenciement économique, des CDD juridiques, une reconversion professionnelle en tant que rédactrice web et community manager, un statut d’auto-entrepreneuse et de nouveaux CDD dans la communication … J’ai fait bref et concis. Si vous voulez en savoir plus, cliquez sur les liens, vous aurez de la lecture 🙂

Juriste ou professionnelle de la communication digitale, si le métier n’est pas du tout le même, un constat : les CDI sont rares. En tout cas, je n’en n’ai pas croisé depuis un bon moment … Faut dire aussi que je n’en cherche pas. En juin 2015, j’ai intégré une institution territoriale pour 1 mois, j’y suis encore … et comme j’y suis bien, je n’ai pas cherché d’autre contrat.

En revanche, j’ai aménagé mon temps pour conserver du temps pour mon activité de freelance.
Jongler entre deux activités n’est pas de tout repos, certaines périodes sont très chargées mais cela représente des avantages non négligeables.

Pourquoi être salarié et freelance

  • Pour l’argent

Délivrons nous de cette trivialité, nous autres sommes bien au-dessus des contingences matérielles … “Ouais, t’es bien mignonne” me direz-vous mais personne ne vit d’amour et d’eau fraîche – laissons Cendrillon et cie, dans la vraie vie, elles n’existent pas ces pouffiasses.
En renonçant à ma carrière de juriste, si j’ai gagné le bonheur quotidien de faire ce que j’aime, j’ai sacrément perdu en avantages matériels : bye bye voiture de fonction, adieu salaire confortable … d’autant plus que les métiers de la communication ne sont pas les plus rémunérateurs. Surtout à Montpellier …

Couplez métiers de la com’ à une institution publique, vous avez une salaire pas très élevé. Lorsque comme moi, on est en remplacement congé maternité/parental, on oublie toute idée de négociation de salaire … on prend ou pas.

Donc cumuler un poste de salarié à des missions freelance permet de d’arrondir ses fins de mois. Pas bête la guêpe hein !?

  • Pour échapper au RSI

Redescendez sur terre jeunes filles, je paie mes charges à l’Urssaf tous les mois. En revanche, je dépends du régime général pour tout ce qui est sécurité sociale et ça, c’est un avantage non négligeable !
Loin de moi le RSI, ses règles arbitraires et son fonctionnement à la noix. Je ne vais pas louer ici la CPAM mais entre les deux, mon cœur ne balance pas, j’ai choisi la facilité !

  • Pour préparer l’avenir

CDD, CDI : même combat ou presque. Après des années d’errance dans le privé, je suis très bien placée pour savoir qu’un CDI ne protège pas de la perte d’emploi : liquidation judiciaire, licenciement … Combien de fois ai-je vu des cartons-parkings !!
Kouaaaa ? vous ne connaissez pas le carton parking ?
* tu arrives le matin pour bosser normalement
* tu es convoquée chez le bigboss ou la DRH où tu es avertie de ta mise à pied immédiate
* tu fais tes cartons
* tu repart sur le parking
* tu rentrez chez toi
Et croyez-moi, ce n’est pas du tout anecdotique !! Pas vécu mais vu plusieurs fois et dans plusieurs entreprises différentes.

Donc, si on est un peu malin, on se méfie de l’avenir et on conserve quelques clients qui vont permettre de ne pas se retrouver sur le carreau dès la fin des contrats venue … Ma fin de contrat intervient en avril 2017, sans aucune certitude sur la suite … 6 mois, ça arrive très très vite !

  • Pour s’assurer un matelas de sécurité

Ne nous leurrons pas, les missions en rédaction web et community management ne sont pas évidentes à trouver – d’ailleurs … à vot’ bon cœur Messieurs’dames. Et les clients particulièrement versatiles, les taquins aimant bien changer de soit de stratégie de communication, soit de rédacteurs … comme tout le monde, ils aiment bien aller voir ailleurs si l’herbe est plus verte. Il y a quelques mois d’ailleurs, je vous faisais part de ma stupéfaction lorsque j’ai perdu mon premier client !

Avoir un contrat stable, même s’il n’est pas passionnant permet d’éviter les aléas de la vie d’entrepreneur et de faire face aux vas et vient des missions.

  • Pour s’éclater

Et c’est là bien le principal ! Tous nos jobs sont faits de moments moins funs, de tâches pénibles, de missions barbantes … cela fait parti du boulot et je pense même que c’est d’autant plus vrai lorsque l’on est salarié. A son compte, même si certains contrats ne sont pas folichons et clairement alimentaires, on en sort toujours du positif : on bosse pour soi, on s’organise comme on veut, on sait pourquoi on a accepté le client …
En tant que salarié malheureusement, certaines décisions nous laissent pantois et nous n’avons d’autre choix que de les appliquer, même si elles sont totalement idiotes …

Lorsque l’on cumule les deux statuts et que celui de freelance ne conditionne pas totalement nos rentrées d’argent, on a ce luxe inouï de pouvoir refuser les demandes qui ne nous plaisent pas et de travailler uniquement sur des projets qui nous font vibrer !
Cette liberté est une chance extraordinaire qui vaut bien les sacrifices de cumuler deux activités.

  • Pour augmenter ses tarifs

De la liberté d’accepter ou de refuser des missions, découle la possibilité d’augmenter ses tarifs.
Ma sécurité financière, peu élevée qu’elle soit, procurée par mon CDD m’a permis de sortir des rémunérations riquiquis du début et d’assumer des tarifs de rédaction web corrects.
Je n’accepte plus les missions payées au lance-pierre et les clients boiteux 🙂

Si je suis la première à dire que le travail ne fait pas le bonheur et qu’avoir du temps pour soi est un véritable luxe, cette hyper activité me convient parfaitement aujourd’hui. Je crois que c’est surtout cette liberté de choix professionnel, qui m’est pour la première fois ouverte que j’apprécie : je ne me sens coincée dans aucun des deux statuts et les contraintes de l’un et de l’autre me semblent bien plus surmontables.

Et comme la vie n’est pas un long fleuve tranquille, on verra pour la suite 🙂

Et vous, cumulard/e ou pas ??

 

 

14 commentaires sur “Salarié et freelance : les avantages

  • Répondre Isa-monblogdemaman sur

    Même constat ici. Je cherche un CDD (ou un CDI mais bon…) depuis septembre dernier. Mais je crois que c’est encore plus facile à trouver en région qu’en grande banlieue (puisque tout est à PARIS…) Je suis depuis un mois en arrêt maladie sans indemnités… Quand je vois ce que j’ai versé au RSI en 6 ans, j’enrage vraiment…

    • Répondre La Fille de l'Encre sur

      j’avoue que c’est difficile comme situation … pour l’instant, je conserve un CDD à mi-temps mais si cela ne devait plus être le cas, j’irai je crois dans une SCOP d’entrepreneurs. Les charges sont plus élevées que lorsque tu es AE mais tu es salariée et ça change tout (chômage, maladie, retraite …).
      Tu y a pensé j’imagine ?

  • Répondre sandrine - 40andsowhat sur

    Pas cumularde parce que 100% free lance depuis plus de 20 ans ! J’ai la chance de voir mes activités de rédactrice/community manageur/blogueuse étroitement liées et pour rien au monde je ne quitterai mon statut ! Ah si, juste pour une chose : le RSI qui me rend dingue !!! Mais le secret je crois, c’est d’avoir toujours une longueur d’avance, de toujours être à l’affût de nouveaux clients, nouveaux projets et dans ce cas, tout s’enchaîne (enfin pour moi depuis 20 ans, je n’ai quasiment jamais eu de perte d’activité …).

  • Répondre Eva sur

    Coucou

    je cumule aussi et tout ce que tu dis est vrai !
    Me reconnais à 100 %

  • Répondre bull'elodie sur

    Je cumule aussi un CDI à 40h/semaine et auto-entrepreneur 5 à 10h/semaine. Comme je le dis tout le temps quand je suis fatiguée “on a rien sans rien”. Certains freelances diront que j’abuse du statut en ayant que les avantages moi je leur répondrais qu’ils essaient de bosser autant après on verra =)

  • Répondre Aurore sur

    Je ne suis dans aucune des ces deux situations mais je vais vers la solution : double emplois. J’aime le fait d’être “protégé” par une entreprise mais d’y n’avoir qu’un pied et faire une activité en freelance à côté. C’est vraiment un bel équilibre 😉

    • Répondre La Fille de l'Encre sur

      L’équilibre n’est pas facile à trouver mais il est agréable lorsque tout roule … c’est à dire pas souvent 😉

  • Répondre Lucie sur

    Vive le cumul des … statuts 🙂 Tout pareil et j’ajouterai que la possibilité d’avoir 2 métiers (ou 3 ou4) est tout simplement passionnant !

  • Répondre chloé sur

    Comme toi je cumule, même si je n’ai pas vraiment connu ce genre de galères. La seule que j’ai rencontré, ça a été de trouver un job dans la communication en étant jeune diplômée et en venant de passer un an à l’étranger.

  • Répondre méli sur

    Cumularde, tout comme toi ! Journaliste en CDI, licenciement économique, puis CDD de juriste en série… Aujourd’hui je jongle entre les missions juridiques en interim et la rédaction (presse, Web…) en tant qu’autoentrepreneur. Des fois je m’arrache les cheveux, c’est vrai, mais financièrement, deux jobs en même temps, c’est deux salaires (ou au moins un et demi) en même temps ! Et puis j’ai cette satisfaction de n’être jamais complètement au chomâge…

    • Répondre La Fille de l'Encre sur

      C’est exactement ça ! On se sent continuellement occupée mais avec des missions réellement choisies … Par contre, le pendant est de ne pas devenir son propre exploiteur :/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.