voyages entre amis

Et toi, tu voyages comment ?

Dis-moi comment tu voyages, je te dirai qui tu es …

Nous n’en sommes pas là mais pas forcément loin non ? en tout cas, nous avons tous notre façon de voyager et s’il est autant de façon de vivre, il en est de même pour nos habitudes de voyage.

Il y a ceux qui se lèvent aux aurores, petit-déjeuner avalé dès 7h du matin, partis pour la journée et qui ne rentreront à l’hôtel qu’à 23h, ceux qui se lèvent vers 12h et ne commencent à bouger qu’à 16h voir 17h, ceux qui vont aller sans but précis, sans parcours à flâner sans but précis, ceux qui ont millimétré leur parcours et ne laissent pas la place au hasard, ceux qui voyagent en première classe et s’attablent au restaurant midi et soir, ceux qui petit-déjeunent bien, prennent un sandwich le midi et se posent le soir plus confortablement, ceux qui descendent au camping, ceux qui ne jurent que par les 4 étoiles ou les auberges de jeunesse, ceux qui voyagent en famille, animaux domestiques dans la valise, les solitaires qui confient les enfants aux grands-parents, les trouillards en avion, ceux qui ne jurent que par les longs trajets en voiture, ceux qui ne rêvent que de musées, ceux qui détestent les visites culturelles et n’aiment que les grands espaces ou les parcs d’attraction …

Au-delà de nos différences de budgets, ce sont toutes nos différences de vie qui se retrouvent dans nos voyages.

Longtemps, j’ai été de celles qui ne quittent pas leur guide touristique des mains, qui est obsédée par l’idée d’en voir un maximum, de goûter les bonnes adresses culinaires, de sillonner la ville et les quartiers pour ne rien louper – le guide du routard avec ses cartes G4, F2, H9 … m’a fait craquer plus d’une fois, ayant un sens de l’observation en-dessous du degré 0.

Je le reconnais, mon mode de fonctionnement était épuisant pour moi et mon entourage. Et se disputer en vacances, il y a mieux …
Depuis, je lâche un peu du leste et tant pis si je ne vois pas tout, ma frustration est vite emportée par le plaisir de se laisser porter et de profiter un peu plus des moments qui s’offrent à moi.
Et comme dans notre couple, nous n’aimons pas beaucoup conduire, nous privilégions souvent les autres modes de transport ou encore préférons allonger un peu notre séjour pour rajouter des étapes.
Un budget en plus, à prévoir.

Si le voyage nous rapproche, il peut aussi nous éloigner.

C’est aussi dans cet enseignement que le dicton « le voyage forme la jeunesse » prend son sens, nous ne pouvons pas voyager avec tous. Même si nous sommes amis.
Combien se sont fâchés après une semaine passée ensemble, qui devait être géniale ?

Personnellement, cela ne nous ai jamais arrivé mais je sais consciemment que je ne pourrais pas partir avec tous mes amis, même si je les aime beaucoup. Ou alors pas très longtemps et en prenant beaucoup sur moi 😉

C’est comme ça, il faut savoir accepter que nous ne laissions derrière nous, à la maison, nos différences mais que celles-ci s’invitent même dans nos valises. Partout où nous allons, elles nous accompagnent … la nature revient toujours au galop, même si nous volons très très loin.

Et savoir accepter que les voyages peuvent être … désolants.

Pas forcément désolants mais beaucoup moins joyeux que ce que nous avons idéalisé.

Et ça, c’est difficile !

Mais là encore, mettre plusieurs milliers de kilomètres entre nous et le quotidien n’est pas une garantie contre les coups du sort, les maux de ventre, la tourista, les déceptions liées à une location d’appartement pourrie, à une destination qui finalement ne ressemble pas à ce qu’on s’était imaginé, à la pluie toute la semaine …

Partir, c’est se départir de ses certitudes, s’offrir à l’inconnu, accepter les surprises et c’est tellement merveilleux lorsque tout est réuni pour notre plaisir que je suis toujours prête à recommencer même si parfois, cela ne passe pas comme prévu.

Et toi, comment tu voyages ?


 

14 Responses

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *