Le #debatdumardi : manifestations et violences

Alors là, j’envoie du lourd n’est-ce-pas ?? Plusieurs mois après le 1er #débatdumardi
Je vous avoue que je n’avais pas du tout l’intention de revenir avec un débat politique – à savoir que lorsque j’emploie ce mot, c’est toujours dans sa définition latine : la vie de la cité – et j’avais même préparé un billet sur la blogosphère. Un sujet sérieux qui fait parler de lui mais plus léger tout de même.

Le hic, c’est que ces dernières semaines, la blogosphère a été tellement chahutée avec les histoires de Valoche, Justine et cie que je ne me sentais pas le cœur de rajouter une couche aux polémiques. Je laisse de côté mon billet, il sera toujours d’actualité dans quelque temps.

Mais finalement, après cette 14ème manifestation contre la loi travail, le débat arrive à point nommé. Surtout lorsque je vois, encore une fois, des visages ensanglantés. Bizarrement, il ne s’agit pas de ceux des CRS …
Bref, je marche en terrain miné et je m’attends à des avis contraires et tranchés. Que voulez-vous, j’ai le goût du risque.
Mais comme je vous sais bienveillants et mesurés, tout se passera bien pour tout le monde et chacun se sentira libre d’intervenir à sa guise 🙂

Manifestations et violences : laissez-moi vous raconter une histoire

Très rapidement, les relations entre manifestants et CRS lors des actions contre la loi travail se sont crispées. Bombes lacrymogènes d’un côté, provocations de l’autre … on sentait cette histoire mal barrée.
Puis la violence est arrivée.
Puisque je suis vraiment honnête, je vais dire des deux côtés. On a tous vu lycéens, manifestants … dégrader le mobilier urbain, brûler des poubelles, taguer des murs et des vitrines … Et certains même jeter des pierres sur les forces de police.

Comme j’en suis encore dans l’énonciation des faits, je place ici que je suis contre TOUTES formes de violence et que dans un monde idéal, j’aimerais que les gens s’aiment, ne se battent jamais et vivent en totale harmonie.
Sauf que dans la vraie vie et pas celle des bisounours, cela ne fonctionne pas comme ça.
Dans la vraie vie, je vais vous raconter comment ça se passe. Et c’est pas joli-joli.

Je ne reviens pas sur le fond du sujet que j’ai déjà traité avec mon billet pratique sur les conséquences du texte El Khomri.

Une histoire pas drôle

Voilà donc que dans notre monde imparfait, les hommes politiques élus imaginent des réformes que parfois, une partie de la population refuse. Cela nous arrive de réfléchir et de penser que « vraiment, non, cette réforme là, elle est pas bonne pour nous ».
Comme nous sommes un peuple libre et que manifester est notre droit le plus absolu mais aussi que c’est un peu la seule façon que nous avons de nous faire entendre des hommes politiques, nous descendons dans la rue.

Ce qui plait moyennement à ces mêmes hommes politiques, bien décidés à faire passer leurs réformes. « Merde alors !!! Je suis ministre, je suis élu, j’ai fait l’ENA, je sais ce qui est bon pour vous alors vous allez la fermer et faire ce que je vous dit de faire ». Oui mais non.

Alors des manifestations se forment un peu partout dans le pays. Une fois, deux fois, trois fois, rien n’y fait. Période électorale oblige, les hommes politiques campent sur leurs positions. Ils ont fait l’ENA voyez-vous …

Mais pendant ce temps-là, les rangs gonflent et la colère aussi. Comment parler à celui qui ne veut pas entendre ? comment se faire entendre par celui qui se bouche les oreilles ?

Dans une spirale infernale, les crispations se transforment en actes de violence, on casse le mobilier. C’est pas bien. Les manifestants rejoints par des jeunes en manque de repères/présence parentales/accompagnement/boulot/paires de baffes/reconnaissance/cerveau/activités – à cocher au choix, plusieurs réponses possibles, tentent de se faire entendre.

Les hommes politiques, du haut de leurs bureaux bien lustrés, assistent alors à ce spectacle – intolérable disent-ils – et donnent des ordres à ces messieurs les préfets : « dispersez moi tout ça, qu’on n’en parle plus ! « 

Messieurs les préfets donnent des ordres à leurs bras armés, les CRS :
– « dispersez-moi tout ça, qu’on n’en parle plus !
– on peut utiliser toutes les méthodes à notre disposition Monsieur le Préfet ?
– euh … humm humm, lacrymo ok, arrestations ok, canons à eau ok, coups de matraques ok mais surtout, pas devant les journalistes. Ça fait désordre après et le ministre va m’appeler en gueulant. »

Et voilà donc la 4ème manifestation, la 5ème … avec son lot d’arrestations, de coups discrets, de canons à eau … ça disperse un temps les empêcheurs de tourner en rond dans les beaux bureaux discrets mais les bougres s’accrochent – à croire qu’ils n’ont rien à foutre de leur journée. Le chômage ? Ah oui, ceci explique peut-être cela.

Les hommes politiques s’énervent de plus en plus :  » voilà maintenant que les bougres se réunissent le soir et parlent de convergences des luttes, de démocratie, de nouvelle société. NuitDebout que ça s’appelle. Ridicule, surtout qu’ils sont tous assis par terre ».

Je passe sur toutes les tentatives faites pour discréditer le mouvement – faux casseurs, manipulation des chiffres et de certains médias …

CRS contre manifestants

Dans la presse et la population, nombreux sont ceux qui dénoncent les actes vandalismes qui sont commis lors des manifestations. Et on distingue ceux qui s’émeuvent des violences subies par les manifestants et ceux qui sont choqués des violences subies par les CRS.

C’est vrai ça, comment peut-on accepter que les représentants de l’état se fassent caillasser par des manifestants ?? Intolérable ! d’autant plus qu’avec leurs casques, leurs armures, leurs boucliers et leurs matraques, ils n’ont aucun moyen de se défendre, pensez bien !!
Je rappelle au passage que ces hommes de l’ordre sont dans le cadre de leur activité professionnelle. C’est-à-dire qu’ils sont là parce qu’ils ont choisi ce métier – aucun jugement de valeur ici, uniquement des faits – et que chacune de leurs journées passer à déblayer les manifestations sont payées – et dotées de primes.

Ce n’est pas le cas des manifestants. Il y a comme une inégalité des forces qui me sidère …

Il y a quelques semaines, l’un de mes amis étaient à Paris, lors d’une manifestation contre la loi travail. Il s’est trouvé au mauvais moment au mauvais endroit : il a écopé d’un coup de matraque le laissant en sang sur le trottoir alors qu’il n’avait commis aucun acte de violence … rappelons aussi le cas de ce manifestant qui a perdu l’usage de son œil … Là encore, mauvais timing ?

CRS contre journalistes

Les manifestants ne sont pas les seuls à subir la violence des CRS. Comme le prouve ces images effarantes de la dernière manifestation où l’on voit très clairement, des journalistes matraqués par les CRS.
Les journalistes sont-ils des casseurs ? Que justifie cette violence et ces coups portés ? Faut-il faire taire la situation dans les rues ?
Et que l’on ne vienne pas me dire qu’il s’agit d’actes isolés … la situation se répète à chaque manifestation.

 La violence n’est pas dans les actes de violence

alors oui, casser du matériel urbain, c’est nul. Taguer les murs, c’est carrément naze et jeter des pierres aux CRS, vraiment, c’est pas malin.
Mais la violence est-elle réellement dans ces actes là ?

Pour moi, la violence c’est ça :

  • des individus, des enfants qui vivent dans leur voiture car ils ont été expulsés de leur logement et non relogés
  • des flics placés dans les rangs des « casseurs » pour destabiliser des mouvements sociaux
  • des familles qu vivent dans un camping malgré des CDI
  • des CDD et des stages à la pelle … une précarité infernale
  • des hommes politiques qui s’en mettent plein les poches sans vergogne et presque sans complexe
  • de grosses multinationales qui délocalisent et ferment des usines alors que le bénéfice annuel est positif
  • une classe politique qui n’écoute pas les mécontentements des français
  • une « trahison » des discours de campagne électorale
  • des hommes politiques en campagne continuelle incapables de trouver des solutions concrètes à la situation économique du pays
  • des CRS qui matraquent journalistes et manifestants
  • des lycées qui sont embarqués par les flics pour une poubelle brûlée
  • des être humains parqués dans une « jungle » illégale et honteuse
  • une mise à pied, un licenciement sans cause réelle et sérieuse parce qu’on a passé 50 ans
  • les intérêts écologiques complètement zappés au profit des intérêts économiques …

La liste est looooooooongue !!

Lorsque la violence est dans les inégalités sociales et économiques, il ne faut pas s’étonner qu’elle descende dans la rue !

 


Voilà, la parole est à vous !!!

20 thoughts on “Le #debatdumardi : manifestations et violences

  • Reply Ecuries de M. Untel jeudi 22 septembre 2016 at 9 h 45 min

    Juste une remarque préalable : vous ne parlez que des « hommes » politiques, hors, il y a, aussi, des femmes politiques. Certes fort peu nombreuses, et généralement peu audibles Attention, je ne dis pas « crédibles ». Elles le seraient si ces messieurs voulaient bien leur en laisser la possibilité. Mais pas question.
    Quant à la Loi travail, ou Loi El Komry (sais plus comment ça s’écrit. El Konnerie, peut-être ….? ) ce gouvernement, socialiste soulignons-le, la fait passer en force, sans états d’âme, car mais oui, c’est la finance qui mène. Il y a longtemps que, pour ma part, je l’ai nommée « Loi El Medef ». !Et pour en venir aux violences policières, il faut faire peur aux manifestants, « qui n’y reviendront pas » (manque de bol, ils reviennent), c’est facile de taper sur des gens sans défense et sans armes, Et pour faire réagir le bon peuple contre les manifestants, (« Oh, c’est scandaleux, feraient bien de chercher du travail (y en pas), d’aller à l’école, au lieu d’être dans la rue ») on y glisse quelques casseurs recrutés aussi bien par le pouvoir en place que par l’opposition.

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 35 min

      Lorsque j’emploie le mot « homme » c’est en tant que terme générique 🙂
      Il n’y a pas de chômage pour les casseurs en ce moment malheureusement et je suis d’accord avec vous, opposition ET gouvernement y recourent largement

  • Reply Corinne mardi 20 septembre 2016 at 21 h 02 min

    Bon c’est difficile de donner une opinion en quelques lignes . Je désapprouve la violence quelle quelle soit . Je te rejoins sur les politiques qui nous prennent pour des ignares et nous font avaler des couleuvres à longue de Jt. Et de 49/3. Par contre j’ai envie de soutenir les Crs qui sont agressés quotidiennement et qui subissent des violences répétées. Ils sont confrontés à des casseurs professionnels qui profitent des manifestations pour « casser du flic ». Enfin tout n’est pas tout blanc ou tout noir mais je trouve que l’on a trop tendance à plaindre les agresseurs au détriment des agressés et j’aimerai une société plus juste et plus sereine ! Mais en ce moment c’est une douce utopie !

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 36 min

      Les casseurs ne sont pas professionnels, il n’existe aucun diplôme en France. Les CRS eux sont formés pour se défendre … et pas pour matraquer normalement …

  • Reply Fred mardi 20 septembre 2016 at 18 h 57 min

    Bonjour…. tout acte de violences illégitimes est prévu & réprimé par la loi, entraîne après avertissement; une violence légitime des forces de maintien de l’ ordre; encadrée par la loi… vous me suivez… de ce fait… il ne faut pas s’ étonner d’ actes de violences légitimes et plutôt se pencher sur les violences aggravées et de ce fait illégitime, et ne pas se fier à des vidéos tronquées… la révolution attendra demain, et par de petits gestes au quotidien essayons d’ être plus attentif aux autres… notre pays n’ est pas si mal que ça… positivons.

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 38 min

      Je suis d’un naturel positif aussi mais je pense que, même si je mesure tous les jours la chance que j’ai d’être née en France, on vit avec des dysfonctionnements terribles qui entraînent des situations de déséquilibre honteux.

  • Reply Gladwood mardi 20 septembre 2016 at 14 h 47 min

    Je vais faire bref. J’ai un avis bien tranché sur la société, politique en général. Nous ne sommes rien. Nous ne sommes pas en démocratie. On nous cache tout. A coup de journaux télévisé sur l’horreur dans le monde. A coup de gros titres. A coup de faux scandales. Juste de la poudre aux yeux pour nous mettre bien pire, en toute discrétion. La police est partager entre leur travail, leur salaire et leur avis de citoyens. La violence, ne fais que commencer.
    Si tu penses différemment, tu n’est qu’un complotiste. Je suis fière d’en être une alors.

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 40 min

      Je suis contre toute théorie du complot mais je partage ton avis pour la poudre aux yeux !

  • Reply Camille mardi 20 septembre 2016 at 14 h 41 min

    Ah ! Bel, et bon article. J’avais vu celui sur la loi travail (et il me semble l’avoir salué).

    Pour te répondre, moi qui habituellement me perds en discussions et démonstrations, haïssant l’emprunt de la parole d’un autre, je vais pourtant faire une citation… Mais pas n’importe laquelle, de l’Article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen (Source : http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-du-24-juin-1793.5084.html ) :

    « Article 35. – Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

    Voilà =D

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 42 min

      Comment une scribouillarde donne une leçon monumentale en quelques lignes …
      Merci 🙂

  • Reply Catwoman mardi 20 septembre 2016 at 13 h 44 min

    Je ne sais que rajouter.

    Pour moi, quand un mouvement dure comme celui-là a duré. Avec ces individus bien campés dans leurs tours de verre qui nous regardent avec mépris contester leurs loi et la politique qu’ils mènent alors que, clairement, ils n’ont pas été élus pour ça. Quand la situation d’un pays se dégrade de jour en jour, sans que rien n’évolue dans le bons sens, et ce depuis des années. Quand le fossé se creuse encore et toujours. Non, il ne faut pas s’étonner que les manifestations s’enveniment.
    Je ne défends pas les violences des manifestants, je les constate, je les comprends.

    Le sentiment que j’ai, et j’en avais parlé ce printemps dans un article, c’est que les responsables politiques ont fait en sorte qu’il y ait des violences. Sans forcément donner des ordres de taper, ça les a bien arrangés que ça dégénère. Notamment pour décrédibiliser le mouvement, pour qu’on hésite à descendre manifester et dire « vous voyez, la mobilisation baisse, votre mouvement s’essouffle, les français comprennent et approuvent ».

    Voilà, je ne pense pas enrichir vraiment le débat mais c’est mon constat. Comme bon nombre, je suis de plus en plus désabusée et en colère contre les « politiques » qui sont là lus pour faire carrière que pour le bien du pays et de leurs concitoyens …

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 43 min

      Merci de ton commentaire. On s’en fiche d’enrichir le débat, ce qui compte c’est de s’exprimer 🙂

  • Reply violaine mardi 20 septembre 2016 at 12 h 55 min

    J’ai pas hyper envie d’entrer dans ce débat, car je n’ai pas d’avis sur la loi travail et que je pense que tout ce que le gouvernement essaie de faire c’est nous monter les uns contre les autres et donc manifestants contre forces de l’ordre. Je veux juste relever une phrase de ton argumentaire qui m’a choquée.
    « Je rappelle au passage que ces hommes de l’ordre sont dans le cadre de leur activité professionnelle. C’est-à-dire qu’ils sont là parce qu’ils ont choisi ce métier – aucun jugement de valeur ici, uniquement des faits – et que chacune de leurs journées passer à déblayer les manifestations sont payées – et dotées de primes. »
    Le père de ma fille est policier depuis deux ans. Il a choisi d’être policier, il n’a pas choisi le service dans lequel il est. J’ai flippé qu’il soit CRS, ça n’a pas été le cas, ouf. Mais il n’a pas choisi, non. Et n’importe quelle prime n’aurait pas été une compensation suffisante pour avoir la trouille tous les jours et le voir envoyé à l’autre bout de la France se faire caillasser. Quand je vois les vidéos de CRS en feu, se prendre des cocktails molotov (oui ya pas que des cailloux hein…) ça me fait peur. Quand le père de ma fille a commencé à bosser il n’y avait pas encore eu tous les attentats. Aujourd’hui, il est une cible. C’est la réalité, pour preuve le couple de policiers tués chez eux.
    Tu dis que tu présentes les 2 côtés, pas vraiment , alors je vais te donner une idée de ce qu’on vit : tous les matins , tous les jours, quand il part et laisse sa femme et sa fille à la maison, je lui dis « sois prudent ».
    Donc je suis solidaire des manifestants blessés, mais ne pas oublier qu’il y a des humains derrière les boucliers, qui non, n’ont pas choisi de taper sur tout ce qui bouge (c’est pas l’essence de ce métier…). Je suis bien contente que le mien ait échappé à la crs.

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 48 min

      Je comprends tes craintes et ne souhaite à personne de vivre la peur au ventre comme toi et ta famille mais tu le dis toi même, le père de ta fille a choisi d’être policier. Ce la ne lui a pas été imposé
      C’est un métier où les risques sont quotidiens et je pense que chacun en est conscient lorsqu’il rentre dans cette carrière.
      Et je te rejoins, personne ne devrait être considéré comme des boucliers et j’irai plus loin, aucune loi ne devrait permettre à des individus de s’affronter de la sorte.
      Je suis pour le collaboratif et le partage, pas pour l’affrontement … Mais nous n’y sommes pas encore malheureusement …

  • Reply Lucie mardi 20 septembre 2016 at 11 h 20 min

    Aaaah, ton #debatdumardi tombe à pic, après une longue conversation avec mon amoureuxchéridamour devant le JT.
    Moi, je veux vivre au pays des bisounours ! Celui où l’on n’a pas besoin de se taper dessus pour se faire entendre, celui où chacun prend ses responsabilités, celui où l’on partage un objectif commun et supérieur : faire en sorte que la « Communauté » participe au bonheur de chacun, à la protection des êtres et de la planète.
    Mais quand je regarde le JT, mon coeur de bisounours s’éteint devant la haine et la bêtise, la manipulation et l’égoïsme.
    Et concrètement je n’ai pas de solution magique à paillettes, pas plus d’actes grâce auxquels je pourrais me dire  » je contribue à créer ce monde de bisounours ». La seule chose à laquelle je m’accroche c’est que je fais de mon mieux, à l’échelle de ma petite existence, pour voir de la beauté partout, protéger ma planète, me montrer solidaire de mon prochain, transmettre de la positive attitude autour de moi, et respecter ceux dont je ne partage pas le point de vue.
    Merci Olivia de me montrer que je ne suis pas la seule à avoir un coeur de guimauve malmené !

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 49 min

      Je ne suis pas un bisounours, je crois fermement qu’un monde plus beau et collaboratif existe 🙂

  • Reply Sophie Reach mardi 20 septembre 2016 at 11 h 16 min

    N’oublions pas que beaucoup de CRS ont subi une énorme pression de leur hiérarchie lié comme tu l’as précisé au préfet et ministres, et beaucoup de novices ont été appelés en renfort pour certains c’était leur première manif… Bien entendu ça n’excuse en rien toutes les violences faites sur des simples passants et journalistes qui ne font que leur boulot, j’essai juste de me mettre à la place d’un CRS juste 30 sec, je pense que même quelqu’un avec sang froid de fou il est très facile de péter un câble et commettre une « bavure ». Comme toi je voudrai qu’on puisse vivre dans la paix avec un toit au dessus de la tête, un CDI qui nous plait , des Hommes politiques de confiance, plus de guerre et de famine ! mais en effet ce n’est possible qu’au pays des bisounours -_____-
    PEACE & LOVE quand même !
    PS : j’aime beaucoup ta dernière phrase, est ce que je px la partager sur mon insta ?

    • Reply La Fille de l'Encre mardi 27 septembre 2016 at 11 h 51 min

      Tu peux bien entendu partager toutes ms phrases si tu le souhaites 🙂
      Et je partage ton avis, la perte de sang-froid et la pression des supérieurs est une des raisons des violences … Mais ces deux raisons ne devraient jamais exister …

  • Reply ellea40ans - Stephanie mardi 20 septembre 2016 at 10 h 29 min

    On est manipulé. On ne sait plus qui croire, que penser… C’est lamentable tout cela. Merci pour cet article qui donne une vue d’angle différente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *